Clap de fin sur la saison 2011 – le film de la Mini Transat

Un grand merci à tous pour votre soutien et vos encouragements durant cette saison 2011 et la Transat Charente Maritime Bahia!

Malgré une fin de course difficile, le bateau et moi même sommes de retour à La Trinité.

Après un chantier de remise en état, je prépare la suite, avec comme objectif la prochaine mini Transat qui change de destination!

En 2013, Après 10 ans vers le Brésil, la transat partira de Douarnenez, à destination de la Guadeloupe avec une escale aux Canaries!

D’ici là les différentes courses de la saison mini sont au rendez vous pour 2012 et 2013! Toujours à bord du 535 Némo-TX!

Bientôt plus de détails sur le programme!

En attendant, vous pouvez revivre la Transat Charente Maritime Bahia 2011 à bord du 535 – Némo TX en cliquant sur les liens suivants:

1° étape : http://youtu.be/RwQ1rC-8×10

2° étape : http://youtu.be/gYnuCby615Y

 

Tous mes voeux de réussites pour vos projets en 2012!

Renaud

 

Transat exceptionnelle pour Renaud

 

De l’émotion, et certes de la déception dans la voix de Renaud à son arrivée à Bahia, mais de la fierté aussi, celle de s’être battu jusqu’au bout et d’avoir refusé d’abandonner.

Ce nouveau-venu dans le circuit mini essuie aujourd’hui une défaite, mais ce n’est pas un échec, c’est même une victoire personnelle. Le compétiteur exacerbé qu’est Renaud s’est poussé dans ses retranchements et malgré un débouché qui n’était pas désiré, le jeune marin ressort des griffes de l’Atlantique en ayant pris une leçon de vie, d’humilité et surtout d’humanité. Retour sur une transat d’anthologie…

Tout commence à la mise à l’eau du bateau en mars dernier, Renaud, petit tardif du circuit, fait son entrée dans la communauté ministe 7 mois seulement avant le départ vers le Brésil. Mais s’il est nouveau venu, « Némo », comme le surnomment ses proches, n’est pas un bleu. Talentueux, compétitif et persévérant, il participe à toutes les courses de la saison avec brillot ce qui lui vaudra la première place au classement mini de l’année. Les qualif’ pour la transat, il les passe aisément, mais les places sont chères, avec un nombre de participants limité… Au printemps lorsqu’il apprend qu’il est en lice, le rêve se concrétise et le processus est enclenché.

Ce fut un départ plein de promesses le 25 septembre à La Rochelle, après ces mois de préparations, le skipper du 535 est parti pressé d’en découdre. Cette première étape qui conduisait les coureurs à Madère n’a d’ailleurs pas été de tout repos, de la molle dans le Golfe de Gascogne, puis une fois passé le Cap Finisterre, de l’air certes, mais dans le nez ! Némo pourtant attaquera l’archipel en tête, potentiel prétendant au podium il optionne mal et perd de précieuses minutes, arrivant à Madère en 4è position. Très belle performance au demeurant, mais Renaud est un assoiffé de dépassement et se répète qu’il aurait pu mieux faire.

Il dira à Funchal que « l’objectif est d’arriver de l’autre côté », tout en nourrissant l’ambition légitime d’arriver devant. Et arriver devant Renaud en avait clairement les moyens, il ne lâchera d’ailleurs pas la tête de flotte, se maintenant dans les dix pendant les 20 jours de course extrêmement éprouvants de cette Mini Transat. Car si pour faire la Mini il faut de la bravoure savamment alliée à un brin de folie, il fallait cette année être un sacré battant pour affronter les conditions excptionnelles d’une météo qui n’aura fait aucun cadeau, engendrant des abandons, de la casse et de l’épuisement supplémentaire.. Malmenés ? Ha ça ils l’ont été les gaziers, de mémoire de ministes, cette édition est la plus dure rencontrée depuis de nombreuses années.

On se souvient avoir vu Renaud partir à l’ouest au sortir de la ceinture équatoriale, il ne s’agissait pas de stratégie mais de prudence, Run’O avait des problèmes de bas haubans et ne pouvait alors plus faire de tribord amure. Le 535 a beaucoup souffert des caprices météo. Dès la seconde nuit au large des Canaries, une des fixation de barre de flèche se casse, puis en approche du pot au noir alors que le vent monte, c’est la fixation de bas hauban qui casse. Au total Renaud sera monté 6 fois dans le mât durant la traversée pour procéder à des réparations : « Je ne m’attendais pas à cela, je ne pensais pas que ce serait aussi dur nerveusement. J’ai eu de grands moments de découragement et de pétage de plombs et clairement sur la fin je me suis mis dans le rouge, je revenais sur le groupe de tête et n’avait pas beaucoup dormis vu les conditions très difficile des derniers jours. A l’approche de la baie, après une journée de pétole dans un vent qui tournait dans tous les sens, j’ai décidé d’aller me reposer, il était prévu que ça rentre, le vent commençait a s’établir, je voulais prendre de l’énergie avant la dernière ligne droite ».

Renaud va donc dormir et n’entendra pas son réveil, mais ce n’est pas le réveil tardif le responsable, l’antenne VHF bloquait la girouette et le bateau s’est dérouté… « Je me suis réveillé quand j’ai senti les déferlantes rentrer dans le bateau, avant c’était déjà très dur mais là c’était le cauchemar. Bien que le bateau n’ai pas subi de dégât majeur et que je m’en sois sorti intact, à l’exception de piqures de méduse, j’ai quelque part un peu de chance dans mon malheur. »

Amer, Renaud espérait repartir et franchir la ligne d’arrivée avant les 72h limites, mais l’océan ne le permettra pas. Il est reparti le 8 novembre à Bahia grâce à la formidable solidarité de l’organisation, qui dès son échouage s’est précipitée à son aide. Mais également grâce au soutien de sa famille et à l’aide de ses potes ministes, venus à 15 lui filer un coup de main. Cette formidable amitié qui draine la communauté mini c’est aussi la source de leur courage, ce qui est arrivé à Renaud aurait pu arriver à l’un d’entre eux. L’histoire de sa course c’est aussi la leur, et une fois de plus la preuve indiscutable que le mini c’est la famille.

Alors Renaud est déçu oui, mais c’était une bataille introductive et non pas la fin d’une carrière, sa revanche avec les éléments il y pense déjà, avec l’expérience de cette saison très encourageante. Aux remords peuvent maintenant succéder l’optimisme et la caipirinha.

Renaud tient à remercier les partenaires qui lui ont permis de réaliser ce projet : Printerre, Le Cornely, In-Team et unevoiturealouer.com.
GPO et toute l’équipe d’organisation de la Transat pour la superbe aventure que nous avons vécu, et le soutien apporté lors de cette fin de course difficile.
Tous les coureurs pour leur formidable aide et leur soutien ainsi que les moments passés sur l’eau et à terre. Sa famille et ses amis pour tous les encouragements reçus et d’avoir suivi tout ça de si prêt !

Rendez vous dans quelques semaines à l’occasion du salon nautique de Paris pour la suite du programme !

 

Contact Presse: Fanny Allard, fanny.allard@yahoo.fr

 

 

 

Némo aux abois !

Benjamin du circuit, Renaud s’est affirmé comme l’un des leaders de la course depuis le début de cette Transat 6.50 et ne cesse d’impressionner par son assiduité. Face à des conditions qui pourtant ne pardonnent pas, « l’homme pressé » comme souvent l’ont qualifié ses camarades de jeu, n’en démords pas : Ces deux derniers jours à l’approche du Pot-au-Noir on a pu déplorer bon nombre d’abandons et de la casse parmi les concurrents, c’est que la flotte était en proie aux caprices d’une ceinture intertropicale faisant barrière…

Mais le 535 loin de renoncer s’efforce de se maintenir en tête de flotte. Rigoureux et intransigeant, on le sait quand on connait le gaillard, Némo a une âme de gagnant et un esprit de compétition exacerbé. Après une négociation délicate mais réussie de l’archipel du Cap Vert, le ministe trinitain conserve dans un premier temps sa 6è position. Position qu’il cède aux abords du Pot-au-Noir, qui ne lui aura rien épargné.

En effet les conditions se sont peu à peu dégradées, et quand ce n’est pas la pétole qui ralentissait la descente de la flotte, de violents orages avec des pointes en rafale allant jusqu’à 60 nds (ont témoigné les bateaux accompagnateurs) s’abattaient sur les concurrents. Autant dire que vigilance et précaution remplaçent alors le désir de réussite…

Dans ce climat météo erratique, on a vu Run’O remonter au nord lundi, fausse frayeur qu’il nous fait ici, le 535 s’est décalé à l’ouest, allongeant sa route certes, mais à l’abri des caprices du vent. Option dangereuse qui aurait pu le desservir, mais rien ne semble à même de ralentir sa descente: Ce matin à 6h, Renaud glisse au travers dans des vents faibles, à nouveau dans les 10!

Les affres intertropicaux sont maintenant derrière lui, mais à mesure que la fatigue s’intensifie, la pression monte… Il ne reste qu’un tiers de course et tout reste à jouer, coups strétégiques? Prises de risque? Si d’habitude le passage du Pot-au-Noir laisse deviner quels seront les cinq premiers à Bahia, cette année le terrain est plus complexe: Les leaders sont proches les uns des autres et les prétentions au podium restent équivalentes…

Plus que quelques milles et Fernando de Noronha comme prochain objectif…

Chapitre III? Tactique à la côte

 

Contact Presse: Fanny Allard, fanny.allard@yahoo.fr

Renaud au pied du podium

9j 10h 6m et 10s, c’est le temps qu’a mis le 535 pour parcourir les 1100 milles séparant La Rochelle de Funchal pour finir sur une superbe quatrième place.

Renaud se dit pourtant déçu de sa performance, car il est vrai, c’est de peu qu’il rate le podium… Mais ne crachons pas dans la soupe, 4 c’est plus qu’honorable pour le jeune skipper arrivé tard dans le circuit (février 2011). Après tout c’est le propre des sportifs de n’être pas satisfait. Retour sur ce tiers de transat’

Beau départ le 25 septembre dernier dans des petits airs, Némo décolle sur les chapeaux de roue et se maintient les premiers jours dans les 5 puis les 10 premiers, mais dur dur de composer avec les caprices du vent dans le dégolfe.. Ne rien lâcher, optionner inteligemment et gérer la fatigue: »C’est quand même une course d’endurance, il y a une petite part de chance, notamment dans la pétole. Et quand le vent monte on peut voir que ce sont les plus réguliers qui mettent le charbon ».

Et régulier, le ministe l’a toujours été, ou quasiment… Il confesse s’être endormi à l’approche du Cap Finisterre, partant au nord. Option involontaire lui ayant fait perdre du temps, cela dit « c’est durant les dernières 48h que tout s’est joué! » affirme Run’O. Son décalage à l’est au large du Portugal et pendant toute la descente vers l’île de Madère s’avère payant, et petit à petit le 535 revient dans les 10, puis dans les 5… puis dans les 3!

Aie aie aie, si tous derrière nos écrans croyions vivement au podium, il en est un sur son bateau qui plus que tout le souhaitait! Mais Renaud choisit de contourner Porto Santo par l’Est, espérant ainsi éviter le dévent de l’île, seulement les abords de l’archipel sont piégeux.. et au dernier moment le vent a refusé et le 535 s’est retrouvé avec une route rallongée dans le fameux dévent.

Erreur certes, mais c’aurait pu être pire, le podium s’est joué jusque devant la Marina avec Davy Beaudart, mais de nouveau le vent a fait des siennes, mollissant, c’est Davy qui prend l’avantage.

Beau match en somme: des leçons à tirer, de la régularité et une arrivée dans les 5! Mais aussi la preuve qu’il y a du niveau chez les concurrents, ils sont bien 10 à jouer pour le podium à Bahia car comme le dit Renaud « S’il y a peu d’écart devant entre les coureurs, il y en a peu derrière aussi! Le jeu est ouvert ».

A Madère il fait beau et chaud, les 79 concurrents de la Charente-Maritime/Bahia Transat 6.50 ont bu quelques rhums à l’arrivée en refaisant la course, maintenant ils se reposent et ils visitent cette île de beauté. Némo peut se féliciter d’une préparation optimale car son bateau est intact, la vitesse est bien présente et le bonhomme aussi!

Notre navigateur trinitain est frémissant d’impatience à l’idée de repartir, on lui fait confiance pour arriver de l’autre côté mais pas que sain et sauf, en champion également!

 

Contact Presse: Fanny Allard, fanny.allard@yahoo.fr

 

 

A l’aube de la Transat’

A un jour du départ Renaud et son mini sont fin prêts pour la Charente-Maritime-Bahia Transat 6.50 :

Sur les pontons de La Rochelle, la foule grouille et les journalistes s’affairent. Mais peu d’appréhension et un enthousiasme sans bornes habitent le skippeur du 535 qui peaufine la préparation de son bateau sous le soleil.

Après un chantier conséquent au mois d’aout pendant lequel Run’O prépare la carène, change le gréement dormant, les drisses et les bastaques et vérifie l’électronique, c’est le 13 août, que tout seul, il convoie Némo-TX de la Trinité. Des conditions idéales, avec 25 nds de portant, mais le tangon casse en baie de Quiberon et le voyage se termine tranquillement sous GV et Solent. Arrivé en Charente, il rejoint Aymeric Chapellier, concurrent et ami, avec lequel il cohabite pendant cette phase pré-course dans un appartement proche du port.

Dans les starting-blocks mais apaisé, Renaud confie : « Depuis La Rochelle, je n’ai pas arrêté une seconde. Le départ est tout proche et devient réel ! J’ai optimisé le bateau au maximum ces 10 derniers jours. Il me reste à boucler l’avitaillement et à prendre la ligne !»

C’est un projet qui, effectivement,  s’est très vite finalisé, sept mois seulement de
préparation, le navigateur avoue ne pas avoir eu le temps de réaliser : « On
verra bien de l’autre côté ! Pour l’instant je vois encore l’aventure
comme une sortie en baie …»

Tant mieux, c’est l’esprit serein que le 25 il prendra le large : un départ dans la pétole avec 4 à 6 nds et un début de traversée, jusqu’au Cap Finisterre, dans peu d’air toujours. Du côté de Madère, la météo s’annonce capricieuse, à défaut des pièges que réserve parfois l’anticyclone des Açores, les ministes devront gérer une dépression très étendue qui les privent des alizés portugais et leur envoie dans le nez, un vent de Sud.

Toute l’énergie dépensée dans ce projet n’aurait cependant
pas été suffisante sans les sponsors qui accompagnent Renaud sur cette Transat’, les fidèles Printerre (cartouches d’encre et toners) et In-Team (cabinet de recrutement informatique). Mais aussi le partenariat avec l’entreprise « unevoiturealouer.com », et le soutien du bar restaurant carnacois le Cornély. Et du soutien il en a aussi de sa famille et de nombreux amis sous forme de mécénat : « Ce qui aide beaucoup et donne confiance ! »,
tous seront d’ailleurs nombreux dimanche pour lui dire au revoir sur les quais
rochelais, ou de leur zodiac à la sortie de l’écluse.

Les objectifs ? Arriver le plus vite possible, avec peu
de concurrents devant. Prendre les bons réflexes et faire de la vitesse en
espérant ne rien casser.
Run champion !

Les partenaires du projet :

http://www.printerre.com/

http://www.in-team.fr/

http://www.unevoiturealouer.com/
Le site officiel de la course : www.charentemaritime-bahia.transat650.net/
Contact presse : Fanny Allard, fanny.allard @yahoo.fr

Mini Transat : J-17!!!

Bonjour à tous,

C’est le 25 septembre que la flotte des 80 solitaires s’élancera de la Rochelle, direction Salvador de Bahia après une escale à Madère !

Après une saison de courses bien remplie qui s’est achevée par une seconde place à la Transgascogne, j’occupe la première place du classement Série 2011 ! Les résultats sont donc très satisfaisants et encourageants !

Le mois d’août s’est passé en chantier afin de préparer Némo-TX, tout s’accélère maintenant pour être fin prêt pour le coup de canon !

Je tiens à remercier tous les soutiens d’amis, et de familles que j’ai reçus, ainsi que la société Printerre et le cabinet In Team : premiers partenaires de l’aventure.

Je suis toutefois toujours à la recherche d’un budget pour mener ce projet jusqu’au bout (assurance,  avitaillement et retour du bateau par cargo…).

Je vous rappelle que le don à une association est déductible à 66% des impôts pour les particuliers et 60% pour les entreprises !

Parlez en autour de vous !!!

Vous trouverez la plaquette sur la page Mini 535 : Némo TX

ainsi que des infos sur le site de la course : http://www.charentemaritime-bahia.transat650.net/fr/les-concurrents/15/mary-renaud.html

Vous pouvez envoyer vos dons à : « Association Run’O »
9 Parc des Bruyères
Rue du Mané Rohr
56470 La Trinité sur mer

Ou me contacter pour plus d’infos !

 

Renaud MARY
renaud@runo.fr
+33 (0)6 26 55 38 14
skype : renaud.mary

 

De retour à l’eau, dernière ligne droite vers la Transat

 Némo-TX a retrouvé son élément vendredi dernier après quelques semaines de chantier.

Une nouvelle carènes avec des nouvelles couleurs pour le Brésil, un nouveau gréement, et quelques petites réparations et améliorations suite à la saison bien remplie!

Dernière ligne droite pour la Transat et derniers préparatifs au port de la Trinité avant de rejoindre la Rochelle le 15 Septembre prochain!

Encore un peu de  travail avant les prochaines navigations qui devraient avoir lieues dans la semaine!!